Essais concluants sur Kawasaki Z125 et Ninja 125

Les stars du deux roues, la Kawasaki Z125 et la Ninja 125, débarquent sur le podium, avec un look déchirant, un moteur toujours au top et une large gamme d’équipements.

Jusqu’à présent, elles restent à l’honneur puisque la marque japonaise les a fortement introduites en 2018.

Après des mois d’attente, ces voitures débarquent enfin sur le marché. Et les premiers commentaires sont encourageants…

Un design dynamique et audacieux

Ces deux produits de la marque japonaise sont étonnants, car ils attirent l’attention des jeunes motards en quête de personnalité. Ils apparaissent avec un look agressif mais élégant.

Le constructeur a travaillé cette fois sur les reliefs, le graphisme et le cadre. Lors des essais, il a été constaté que le buste de la Z125 se penchait automatiquement vers l’avant grâce à la selle haute et au guidon droit.

Ce qui nous donne l’allure d’un vrai athlète. Pour le Ninja 125, il a beaucoup de caractère en s’affichant avec un guidon bracelet en plastique et acier.

Même si certains motards peuvent penser que ces deux nouveaux modèles sont sortis d’usine avec une finition un peu superflue, on se rend vite compte que les plaques qui servent de repose-pieds au pilote ont leur place, surtout lorsqu’on roule à grande vitesse.

Sans parler du sentiment de grandeur qu’ils inspirent. De plus, ces deux belles motos de la marque japonaise sont très abordables. Comme annoncé par Kawasaki, ces deux modèles sont produits en Indonésie et non au Japon.

Un confort de port à la hauteur des attentes

Kawasaki Z125 et Ninja 125 se distinguent également par leur légèreté. Ils ne pèsent que 146 kg lorsqu’ils sont pleins. Cela signifie qu’ils sont faciles à monter et à manipuler.

Et si nous équipons habituellement notre machine d’étriers de dernière génération, avec ces deux équipes japonaises, l’étrier monodisque et l’étrier 2 pistons suffisent. Il n’y a pas besoin de s’inquiéter du châssis, car il est bien suspendu.

Côté puissance, les amateurs de sensations fortes sont servis, ou presque. Le moteur Kawasaki développe un couple qui va de 1 500 à 10 000 tr/min, un chiffre qui laisse un peu perplexe.

À ce stade, il faut admettre qu’ils ne sont pas très durs. Ce petit plancher ne leur laisse pas l’occasion de rivaliser avec la Honda CB 125 R et sa motorisation assez complète. Mais malgré cela, le freinage est aisé grâce à la grande légèreté de ces deux modèles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.