La Lamborghini Design 90 : une légende qui n’a pas duré

Lamborghini est connue pour ses voitures de sport. Aujourd’hui, la marque de taureaux basée à Sant’Agata Bolognese est célèbre pour ses modèles élégants et puissants tels que le Gallardo, le Muriélago ou l’Aventador.

Mais cela n’a pas toujours été aussi optimiste pour Lamborghini. En fait, le constructeur italien a connu des problèmes financiers dans les années 1970, le forçant à traverser l’une de ses décennies les plus difficiles depuis lors.

1971 : le début du chaos

En 1971, Lamborghini fait face à des difficultés économiques, mais la phase la plus critique est sans doute déclenchée par le premier choc pétrolier en 1973. En raison de cette crise énergétique mondiale, la marque italienne doit faire d’énormes concessions pour réduire les coûts et les pertes. Lamborghini a notamment cédé sa division agricole (production de tracteurs) au groupe SAME. Elle a également été contrainte de résilier son contrat avec le constructeur allemand BMW, notamment pour la production du châssis tubulaire de la M1. En 1974, le fondateur Ferruccio Lamborghini a dû quitter l’entreprise.

1980 : rachat

En raison de ses difficultés financières, Lamborghini ne peut pas s’en remettre. Les dirigeants de l’époque sont contraints de placer la marque en liquidation judiciaire. Pour le sauver de la faillite, les deux frères Robert et Patrick Mimran, milliardaires qui ont fait fortune dans l’agro-alimentaire, rachètent le constructeur. Ils projettent tant d’avenirs pour la marque. Cependant, leurs projets ne sont pas orientés vers l’industrie automobile.

La Countach, qui était équipée d’un gros V12 3,5 litres de 450 ch, ne pouvait plus être commercialisée et seul son moteur était réutilisé. Les frères Mimram ont décidé de l’utiliser dans des bateaux de course au large et dans un véhicule tout-terrain : le 4×4 LM002.

Bateau, 4×4… pourquoi pas une moto?

Pour la conception d’une moto Lamborghini, la marque s’est tournée vers les designers français de Boxer Design (anciennement Boxer Bikes). Concernant la réalisation du projet, les décisions sont confiées à Claude Fior, ingénieur et pilote moto, qui conçoit les bases de ce qui sera le premier véhicule à deux roues de la marque Sant’Agata Bolognese : la Lamborghini Design 90.

Le concept n’est pas si attrayant que la Lamborghini Design 90 est basée sur la Kawasaki GPZ-1000RX. Cette moto japonaise développait 125 ch et pesait 267 kg. Pour l’alléger, Claude Fio a décidé d’utiliser de la fibre de verre pour l’ensemble du carénage, améliorant l’aérodynamisme, notamment au niveau des prises d’air. Le cadre en acier est remplacé par de la fonte d’aluminium. Le réservoir est en aluminium forgé. Et les jantes d’origine sont remplacées par des 3 rayons conçus par Gotti. Au total, c’est une cure minceur de près de 100 kg.

Pour donner un peu plus de sportivité au Lamborghini Design 90, il est équipé d’une ligne d’échappement sur mesure. Elle reçoit également les kits de freinage Brembo, obligatoires avec sa vitesse de pointe de 260 km/h.

La moto Lamborghini : un échec au final

Si la Lamborghini Design 90 est une machine d’exception, son prix ne l’est pas moins. Exposé au prix de 13 500 dollars à l’époque, la critique est immédiate, surtout à une époque où la concurrence dans le secteur est rude : Yamaha, Suzuki, Honda, Ducati. Malgré cela, certains acheteurs chanceux ont payé cher leurs motos Lambo parmi les 50 modèles produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.