Suzuki à 101 ans : souvenir de cette marque mythique

L’un des quatre plus grands constructeurs japonais au monde fête cette année sa 101e voile. De nombreux modèles de la marque ont marqué cette décennie depuis 1920. Voici les temps forts de l’histoire de la marque et les modèles phares.

Une marque conquérante sur le marché mondial

Depuis sa création, Suzuki Loom Manufacturing Company, l’entreprise de Michio Suzuki s’est efforcée de conquérir le marché international. En effet, bien que les produits soient principalement dédiés aux clients japonais, l’industrie de la moto a toujours aspiré à ce que ses produits soient valorisés dans le monde.

Dès lors, si les premiers produits sont des métiers à tisser et des pièces mécaniques, l’entreprise investit très vite dans la production de motos, de voitures, mais aussi de moteurs hors-bord ou de VTT, etc.

Parallèlement, d’autres filiales s’implantent en Asie et les marchés du Pakistan, de l’Inde, de la Thaïlande et de la Hongrie sont rapidement conquis.

Une grande marque qui intègre de nombreuses disciplines

Pour un développement à long terme, la société Michio’s n’a cessé d’innover au cours de ses 101 années d’existence officielle. En augmentant son capital, elle intègre de nouvelles activités. Et malgré les pertes colossales dues à la Grande Guerre, l’entreprise parvient tout de même à se relever.

Dès 1947, Suzuki était déjà active sur le marché boursier japonais, ainsi que sur d’autres marchés financiers japonais, dont Tokyo, Nagoya et Osaka. Outre la fabrication de motos, la marque s’est également lancée dans l’invention des segments de 4×4 de loisirs avec le pionnier Jimny, le modèle 360 ​​en 1970.

4 ans plus tard, Suzuki s’aventure dans de nouvelles eaux et se lance dans la fabrication de fauteuils médicaux motorisés. Parallèlement, l’entreprise propose également des maisons préfabriquées. Puis, en 1980, il développe également son activité de groupe électrogène de secours, comme de nombreux industriels japonais de l’époque.

Dans l’esprit de conquérir le marché indien, Suzuki s’associe à une société indienne appelée Maruti Udyog Ltd. Ensemble, ils collaborent pour concevoir des microcars en Inde. Et ce n’est qu’en 1990 que l’entreprise a proposé de construire des voitures en dehors de l’Asie. C’était en Hongrie.

Après 2008, la marque rejoint pour la première fois un championnat de rallye sur route : le FIA ​​WRC. Entre ces intervalles, depuis 1952, Suzuki s’est régulièrement lancé dans la production de motos, vélos, quads, mais aussi voitures et moteurs.

L’acronyme dominant qui évolue sans relâche

Comme la plupart des fabricants/concessionnaires de motos et de voitures dans le monde, Suzuki essaie de marquer ses produits à travers une succession logique et continue de ses produits. En effet, les gammes de motos, quads et voitures de la marque suivent l’évolution du temps.

Pour avoir eu un tel succès et une telle influence sur le marché, Suzuki n’a ménagé aucun moyen. Depuis l’introduction de sa première moto en 1952, le constructeur s’est fixé comme objectif d’offrir un produit de valeur supérieure répondant aux attentes de sa clientèle.

Et c’est une philosophie qui a été bien illustrée tout au long des 70 années de motos et d’automobiles fabriquées par cette grande maison. Discrète, humble, mais toujours présente, à la pointe de la tendance, voire dominante, la marque conserve toujours une place de choix sur le marché international.

Un grand nom dans l’histoire de la moto

En 1952, la première moto de la marque Suzuki est produite. En réalité, il s’agissait plutôt d’un vélo équipé d’un moteur appelé Suzuki Power Free. Un an plus tard, Diamond Free voit le jour et perce immédiatement avec 6 000 unités produites chaque mois.

En 1955, la Colleda 125 cm3, une moto à moteur 4 temps, est produite. La saga GT a donc commencé son ascension avec la GT 750 2 temps et 3 cylindres refroidie par eau. Par la suite, la ligne GS débute en 1976, entre autres avec les GS 400, 500 et 750 cm3.

Puis, en 1981, la ligne Katana voit le jour avec la GSX 1100 S. Bien qu’elle soit destinée (cette version et les nouvelles générations 2018) aux marchés européen et américain, elle ne sera pas appréciée à sa juste valeur, sauf en Allemagne. Pourtant, c’est un modèle qui fait sensation au Japon.

Plus tard, en 1984, Suzuki a lancé pour la première fois la mère des voitures de sport modernes, la GSX-R 400, commercialisée exclusivement au Japon. D’autres modèles sont nés de ce modèle, la GSX-R 750 (1984), la GSX-R 750 SRAD (1996).

Les GSX 125 et GSX-R 125 (2018) et plus récemment la suzuki gsx r1000 2021 sont également des inspirations pour ce premier modèle à succès. Pendant ce temps, il y avait aussi la GSX 1300 R Hayabusa, qui est très populaire sur le marché européen et américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.